Archives pour la catégorie Déplacements

Le projet Neyrpic est métropolitain !

Position du Réseau Citoyen de Grenoble sur le rapport du commissaire enquêteur quant au projet Neyrpic

Ensemble avec le collectif Neyrpic autrementAlternatiba et LAHGGLO,, le 20 mars, nous avons donné une conférence de presse. Voici le communiqué de presse du Réseau Citoyen. Nous demandons que Grenoble Alpes Métropole assume ses responsabilités sur ce projet, qui est clairement un projet métropolitain. Il faut un débat à l’échelle métropolitaine, comme demande par le collectif Neyrpic autrement dans sa pétition bloquée par l’exécutif de la Métropole. Nous avons adressé une lettre ouverte par rapport à ce déni de démocratie.RCG_Lettre_LAR_Metro_15032018

vue halles Neyrpic

Avis du Réseau Citoyen de Grenoble sur l’A480 et le Rondeau

Nous émettons :

 – Avis Favorable avec des réserves pour l’aménagement de l’échangeur du Rondeau.
 – Avis Défavorable pour l’élargissement de l’A480 à 2*3 voies.
– La proposition de dissocier les deux projets dans le phasage des travaux, car la fluidité du trafic peut être obtenue sans élargissement, ce qui conditionnerait la réalisation de la seconde phase.
1°) Notre analyse stratégique sur le fond du projet

Nous observons que le projet de l’élargissement de l’A480 et de l’aménagement de l’échangeur du Rondeau vise des impératifs difficilement conciliables : fluidifier la circulation sans mener à une augmentation de son volume total.

Or nous rappelons que, malheureusement, tout projet d’aménagement routier mène à une augmentation de la circulation en créant de la demande (stratégie basée sur la capacité) et que les émissions de CO2 des véhicules ralentis ou immobilisés dans les bouchons sont largement compensées, et même dépassées, par la surconsommation de carburant liée à l’augmentation du trafic[1]. Ce phénomène est d’ailleurs admis par les porteurs de projets car, avec et sans élargissement, une forte augmentation de 8 % de la consommation de carburant (surtout Diesel[2]) est prévue. Ce n’est donc pas la bonne voie à suivre, car en opposition complète avec le Plan « Air Energie Climat » de Grenoble Alpes Métropole[3].

Voici la version pdf du document

Lire la suite

Désintox : Tarifs du stationnement payant à Grenoble

En 2018, les tarifs votés en juin 2016 restent inchangés sur les durées de stationnement dans les différentes zones payantes : par exemple, 4,50 euros pour 2 heures en zone orange.

En fait, c’est le mécanisme national de fixation de l’amende (maintenant une facture forfaitaire, appelée  » forfait-poststationnement « ) qui oblige à rajouter une demi-heure aux 2 heures initialement prévues, pendant laquelle le coût monte rapidement, toutes les minutes, jusqu’à atteindre 35 euros, montant du forfait-poststationnement. Disposition effective depuis le 1er janvier 2018.

En pratique, si vous  souhaitez rester plus de 2 heures, utilisez  l’application ParkNow et au bout de 2 heures, vous pouvez réenclencher (à distance) 2 nouvelles heures, soit 9 euros au total. Mais le message tarifaire est clair : si vous avez besoin de 4 heures de stationnement en ville, allez dans les parkings en ouvrage, c’est beaucoup moins cher. Exemple du Parking « Hôtel de ville » (sous le Grand stade en fait), sous-utilisé et pas cher. Ou du parking Hoche, Verdun, etc.

 

Suppression de feux tricolores

La Métro qui a la compétence sur les voiries communales depuis janvier 2015 et départementales depuis janvier 2017 a aussi pour objectif d’apaiser la circulation sur ses routes ; la marche à pied et la pratique du vélo n’y suffiront pas. 45 communes de la métro sont en zone 30km/h dont 10 intégralement ! Pour accompagner ce changement, la Métro diminuera le nombre de ses 572 feux tricolores ; l’objectif est d’atteindre environ 400  feux tricolores. Cela donne actuellement 1,27 feux tricolores pour 1000 habitants sur la métropole, alors qu’il n’y en a que de 0,98 à Marseille et 0,83 à Toulouse,  mais on roule mieux et plus lentement dans le sud, c’est bien connu…

L’objectif est double : économiser sur l’entretien et l’achat de feux et surtout changer et apaiser le comportement des conducteurs, sur tout le territoire. Une période de concertation et de sélection des feux tricolores à supprimer sera menée avec les communes, qui comprendra une phase d’étude avec des aménagements éventuels et ou nécessaire à réaliser ainsi qu’une phase de test pour arriver à ce résultat.

Transmis par notre conseillère métropolitaine Suzanne Dathe