Café citoyen sur le thème des  » COMMUNS » le 17.01.2017 à 20h

GrenobleUneVillePourTousLe Rassemblement des Citoyens de la Gauche et des Écologistes, RCGE, organise un Café citoyen le 17 janvier 2017 à 20 h, à la Maison des associations, rue Berthe de Boissieux,  sur le thème des  » COMMUNS », après les cafés citoyens consacrés à la Santé, à la MLC ( monnaie locale complémentaire) en 2014 et au logement participatif en 2016.

Les  » COMMUNS » : ce terme fait référence à la notion de « biens communs »  et du terme anglais « commons »: l’air, l’eau, les savoirs, des outils en informatique ( ex: logiciels en accès libre : Linux…), les espaces publics, englobant ce qui fonde la vie au quotidien de tous et donc également les nouveaux processus démocratiques expérimentés avec une participation et une implication citoyenne accrues.

Ces « biens communs »sont à préserver , à dynamiser, car nombreux sont menacés ou font l’objet d’un accaparement au détriment d’autres. Ils sont parfois ôtés à la collectivité ( // privatisation), commercialisés au profit de quelques uns ou de groupes privés et ce de manière irréversible.

Les Communs privilégient la valeur d’usage des ressources plutôt que leur valeur marchande. Cette approche permet entre autre de penser le devenir à long terme du territoire, l’organisation urbaine, la relation entre producteur et consommateur, contribuant ainsi à trouver une façon de penser et de promouvoir le développement durable pour tous et à l’échelle de la planète.

Des exemples de biens communs sont : la gestion municipale de l’eau, du chauffage urbain, la distribution de électricité, les monnaies locales complémentaires, le droit d’usage (# droit de propriété), un nouveau modèle sociétal à élaborer ensemble, la notion de soutenabilité, tout cela fait partie des sujets de débats ouverts par la thématique des Communs.

Le but de ce Café Citoyen du 17 janvier est de réunir pour un dialogue ouvert, associations et citoyens intéressés, avec la possibilité d’une réunion ultérieure dans le cadre de la Biennale des villes en transition qui se tiendra cette année en mars à Grenoble (après Barcelone).

Conférence de presse du Rassemblement de 10 janvier 2017

Communication RassemblementLe Rassemblement Citoyen de la Gauche et des Écologistes présente aux habitants de Grenoble et de l’agglomération ses meilleurs vœux pour l’année 2017.

La ville de Grenoble va devoir à nouveau faire face à des difficultés budgétaires importantes, imposées par la  politique d’austérité poursuivie par le gouvernement en 2017. La baisse des dotations aux collectivités et les  transferts de charges non compensées ont été votés par ces mêmes députés grenoblois qui s’opposent violemment aux choix effectués par la mairie, sous la contrainte budgétaire.

Les mouvements composant le Rassemblement Citoyen de la Gauche et des Ecologistes sont conscients que les choix difficiles effectués par la mairie en matière de politiques publiques sont contraints par la baisse drastique des dotations budgétaires de l’État. Ils soutiennent la mairie dans ses choix politiques qui visent une reconstruction des services publics locaux qui soit durable sur le moyen et le long terme. Le Rassemblement demande à la mairie de mieux expliquer les réalités de sa politique notamment en décrivant tout ce qui a déjà été fait et ce qui est en route afin de permettre aux habitants de mieux saisir le cap qui est suivi et de mieux comprendre les choix effectués en ayant connaissance du projet municipal dans sa globalité.
Lire la suite

Comment la France a tué ses villes

Livre d'Olivier RazemonLe débat autour de « Cœurs de Ville,  cœurs d’Agglo »,  la nouvelle zone commerciale Neyrpic et l’extension de l’espace Comboire et de Grand’Place.  Voici quelques liens pour mettre les projets dans leur contexte:

http://www.urbislemag.fr/comment-la-france-a-tue-ses-villes-billet-356-urbis-le-mag.html

voir aussi le livre d’Olivier Razemon:

http://www.ruedelechiquier.net/diagonales/93-comment-la-france-a-tu%C3%A9-ses-villes.html

et le blog de l’auteur:

L’interconnexion n’est plus assurée

Conseil Municipal, ce lundi 19 décembre, à 18h

Le prochain Conseil Municipal, ce lundi 19 décembre, à 18h, traitera de nombreux sujets intéressants.

Trois questions orales ouvriront le Conseil sur :

–  les « Pastilles qualité de l’air » (CCI)

–  la concertation en général (LR)

–  la prostitution (FN).

Puis ensuite :

  • –         –  Politique de la Ville à la Villeneuve : Nouveau Programme National de Rénovation Urbaine
  • –         –  Budget 2017
  • –         –  Nouveau fonctionnement des marchés de plein air
  • –         –  Accueil intercommunal du logement
  • –         –  Création d’un comité de suivi de la politique de stationnement,…

ordre-du-jour-du-conseil-municipal-du-19-decembre-2016

Tribune: Les politiques sont-ils légitimes pour révolutionner la citoyenneté ?

Les politiques sont-ils légitimes pour révolutionner la citoyenneté ?

Tribune écrite par Pascal Clouaire à la demande du  journal https://ledrenche.fr/  pour le sommet de l’OGP http://www.opengovpartnership.org/ et de le « digital society forum » http://digital-society-forum.orange.com/.

Cette question relève a priori d’une contradiction dans les termes, c’est-à-dire d’une opposition irréconciliable entre l’idée de « révolution » et celle de « légitimité » d’un régime politique, ici celui de la démocratie. La révolution est, par définition, la forme extrême du renversement d’un régime conduisant à la fin de ses institutions. Et si l’on s’en tient à cette logique, il faut répondre par la négative à la question posée et conclure que la révolution citoyenne ne peut pas provenir « des politiques » en tant que représentants du pouvoir établi. Mais comme chacun peut le constater, nous traversons une crise aigüe de la représentation, un déficit de la citoyenneté dans le sens ou le citoyen apparait trop souvent empêché de définir des politiques publiques. C’est mon analyse, celle d’une crise de la représentation, d’une crise de confiance qui traduit un délitement de la représentation, une mise en cause des résultats de l’élection et, en conséquence, une prise en compte trop limitée du pouvoir du citoyen à agir et décider dans la cité.

Lire la suite