Archives pour la catégorie Réseau Citoyen

Communiqué

vue de Grenoble

Lors de son Assemblée Générale du 16 juin le Réseau Citoyen de Grenoble s’est doté d’un nouveau bureau exécutif distinct des élus de notre mouvement.

A cette occasion, nous rappelons les noms des dix élus de notre mouvement à la Ville de Grenoble :

  • Marime Bouillon, conseillère municipale
  • Kheira Capdepon, 3ème adjointe, déléguée aux personnes âgées et à la politique inter-générationnelle
  • René de Céglié, conseiller municipal délégué Secteur 4
  • Pascal Clouaire, adjoint à la démocratie locale, à l’économie de proximité et à l’Europe
  • Susanne Dathe, conseillère municipale
  • Alain Denoyelle, adjoint à l’action sociale
  • Martine Jullian, conseillère municipale déléguée au patrimoine historique et à la mémoire
  • Fabien Malbet, adjoint à l’école et au patrimoine scolaire
  • Raphaël Marguet, conseiller municipal
  • Jacques Wiart, conseiller municipal délégué aux déplacements et à la logistique urbaine.

Six d’entre eux, Marime Bouillon, Kheira Capdepon, Pascal Clouaire, Suzanne Dathe, Alain Denoyelle et Martine Jullian sont également élus au Conseil Métropolitain.

Le Réseau Citoyen de Grenoble est fondé sur des valeurs communes : une pratique transparente et participative de la démocratie ; un esprit de solidarité et de pluralité n’excluant aucune catégorie de population ; et le respect de l’environnement et des engagements COP 21.

Notre mouvement soutient des initiatives liées à la démocratie participative, notamment les Conseils Consultatifs Indépendants, le budget participatif, ainsi que le droit d’interpellation et la votation citoyenne. Ces quatre outils ont été mis en place depuis le début du mandat de cette municipalité.

Nous militons pour une politique sociale et environnementale soutenable fondée sur des prises de décisions transparentes, qui s’accompagne d’une co-construction avec les citoyens dans les domaines où cela est possible, depuis l’élaboration des projets jusqu’à leur réalisation.

L’équipe du nouveau bureau accompagne la politique municipale au sein du Rassemblement Citoyen de la Gauche et des Écologistes (RCGE) : plus particulièrement sur les actions qui relèvent des valeurs du Réseau Citoyen de Grenoble. Dans l’année qui vient, le bureau souhaite rassembler les citoyens grenoblois qui veulent que la Ville de Grenoble réussisse les changements nécessaires pour une société plus harmonieuse et plus durable.

En 2016/2017 vous trouverez sur le site du Réseau Citoyen des propositions pour visiter des lieux emblématiques de la nouvelle politique du territoire et contribuer ainsi à la réflexion des habitants.

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU RÉSEAU CITOYEN DE GRENOBLE

JEUDI 16 JUIN 2016 à 19H30

Maison des Habitants du Bois d’Artas

3 rue Augereau* à Grenoble

ORDRE DU JOUR

  • Rapport moral
  • Rapport d’activités
  • Rapport Financier
  • Renouvellement du Bureau du Réseau Citoyen
  • Discussion avec la salle des projets de réorganisation
  • Questions diverses

en présence d’élus du Réseau Citoyen

Pot de l’amitié – clôture à 22h30

Rencontres improbables: Que signifie investir pour l’avenir?

Rencontres improbablesLes premières Rencontres improbables

Que signifie investir pour l’avenir?

Pierre Rabhi et François Albrieux, président de la CGPME*
 organisées par le Réseau Citoyen de Grenoble.

* Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises

La rencontre devant un parterre de dirigeants des petites et moyennes entreprises, des représentants d’associations, d’étudiants, de chercheurs et d’élus de l’agglomération grenobloise. Elle a eu lieu le 17 mars 2016 à l’Institut de la Géographie Alpine et était animée par L. Gwiazdzinski son directeur.

Elle se fond sur les réflexions d’un utopiste, P. Rabhi, et sur celles d’un pragmatique, homme de terrain, F. Albrieux. P. Rabhi est l’initiateur de l’idée d’agroécologie et du mouvement Colibri et F. Albrieux, ancien universitaire historien, est dirigeant d’une société spécialisée dans le vélo.

*

Dans un premier temps, P. Rabhi s’est félicité de la présence de jeunes dans la salle, puisque le changement passera sans doute par eux. Il a rappelé ensuite les thèses développées dans Le monde a-t-il un sens, co-écrit avec J-M Pelt,: il a fallu de la coopération et de l’associativité pour que le monde advienne ; or les humains ont instauré des oppositions et des fragmentations dans ce monde et aujourd’hui l’humanité détruit ce à quoi elle doit sa propre existence. La modernité et ses miracles technologiques ont modifié la perception que nous avons du monde, mais notre système est fragile ; nouveau Prométhée, l’homme moderne a une vie qui repose sur des artifices qui lui font oublier la réalité biologique et naturelle. Lire la suite