Mobilisations dimanche 7 février

Réforme constitutionnelle, état d’urgence, déchéance de la nationalité, mais aussi future loi pénale, loi sur la surveillance…

La France s’installe dans un régime d’exception attentatoire à nos libertés individuelles. Pour les défendre, pour les reconquérir, Mediapart organise un grand évènement national le dimanche 7 février à Grenoble, là même où Nicolas Sarkozy prononça son funeste discours en 2010. Venez nombreux.

https://blogs.mediapart.fr/la-redaction-de-mediapart/blog/220116/six-heures-pour-nos-libertes-rendez-vous-grenoble-dimanche-7-fevrier

Chamrousse, massif de Belledonne

Rassemblement au sommet des Vans (2450 m) le dimanche 7 février 2016le déroulement – l’actualité

S’il ne s’agit pas de remettre en cause les stations de ski, préserver les derniers espaces “sauvages”, garants d’un tourisme 4 saisons et porteurs d’emplois pérennes est un enjeu capital pour nos montagnes.
Pourtant, dans le massif de Belledonne, pour certains, attractivité touristique rime encore avec artificialisation de la nature. Si la station de Chamrousse résiste bien aux aléas du climat grâce à son altitude relativement élevée, les élus ont décidé qu’il fallait gagner en hauteur et chercher la neige 200 mètres plus haut, dans le vallon des Vans.
Face aux projets déraisonnables, niant la réalité climatique et environnementale, 20 associations se mobilisent et appellent à manifester pour défendre le vallon des Vans le dimanche 7 février 2016.

vans
Le vallon des Vans, un site vierge et protégé aujourd’hui menacé
Le vallon des Vans, situé à l’arrière de Chamrousse, est une combe d’altitude vierge où la nature est reine. On y rencontre fréquemment bouquetins, chamois, marmottes, rapaces et nombreuses fleurs. A son pied se trouve une petite zone humide d’une grande richesse de biodiversité. Ce vallon, proche de Grenoble, est également un excellent terrain d’apprentissage de la montagne, facile d’accès et sauvage.
La municipalité de Chamrousse souhaite aujourd’hui étendre son domaine skiable dans ce site magnifique et intact. Les premières études vont être lancées cet hiver. Nos associations s’opposent à la destruction de ce site classé exceptionnel.

L »‘Appel en .pdf

Grenoble, ville de demain

Mardi 26 janvier à 19 h au Musée de Grenoble

Lancement de l’opération « Grenoble, ville de demain » par le maire et les élus

Cette soirée comprendra un temps d’échange sur la ville en transition animé par Raphael Besson (spécialiste des réseaux citoyens espagnols, notamment à Barcelone et à Madrid) son site : http://www.villes-innovations.com/.

Seront également présents en « témoins citoyens » l’urbaniste et philosophe de la ville Thierry Paquot auteur d’un article sur les villes en transition et Gilles Clément, jardinier et paysagiste.

Voir les détails sur le site de la ville : http://www.grenoble.fr/655-ville-de-demain.htm

Assises Citoyennes

Assises citoyennes

Deuxième édition des Assises Citoyennes

Samedi 23 janvier 2016 à la MC² de 9h à 17h

Une courte vidéo de 3 min de Pascal Clouaire pour expliquer les assises citoyennes:

Une garde d’enfants est proposée sur inscription (voir modalité sur le programme en pdf).

Mairie de Grenoble, Direction de Projet Démocratie Locale, 11 Bd Jean Pain

Tél : 04 76 76 34 04 / 04 76 76 38 83

Lettre au préfet de l’Isère à propos du camp Flaubert

en-tête RCG

Bureau du Réseau Citoyen de Grenoble,

bureau-reseaucitoyen-grenoble@googlegroups.com

Grenoble, le 1/1/16,

Monsieur le préfet de l’Isère,

Monsieur,

Dans le Dauphiné Libéré du 31/12/15 on lit : ”Après deux nuits passées dans le gymnase A. Daudet les familles de la communauté Rom (qui habitaient le camp Flaubert en partie détruit par un incendie) doivent être relogées à partir d’aujourd’hui. Et vous avez annoncé : “Une solution de relogement en hôtel pour quelques jours concernant 84 personnes a été trouvée par les services de la préfecture et le CCAS de Grenoble”. Nous vous en remercions (remerciements également aux équipes du CCAS de la ville de Grenoble) mais nous nous inquiétons de sa durée effective.

Le 31/12/15 il était en outre précisé dans le Dauphiné Libéré : “Ce camp faisait l’objet d’une procédure d’expulsion, un projet immobilier devant voir le jour sur cette parcelle.” Il est donc exclu que ces familles puissent revenir sur le même terrain qu’elles occupaient avant l’incendie. De plus les conditions hivernales (qui vont devenir de plus en plus difficiles dans les jours qui suivent) sont un obstacle supplémentaire pour ces familles et leurs enfants. Ces derniers sont scolarisés grâce au travail de terrain d’associations et de bénévoles qui, épaulés par les services, se battent depuis longtemps dans le but d’un accueil digne pour ces familles et pour faciliter ainsi leur intégration.

Aussi nous vous demandons de faire ce qu’il est en votre pouvoir, (puisque vous en avez la compétence) pour rechercher et trouver des solutions adaptées, et si possible pérennes, à ces situations très difficiles.

Nul doute que c’est en agissant ensemble, services de la municipalité et de la préfecture, qu’une solution adéquate pourra être trouvée.

Recevez, Monsieur le préfet, l’assurance de notre considération et de notre vigilance citoyenne.

Le bureau du Réseau Citoyen de Grenoble.