Et si nous parlions du périscolaire ?

L’histoire. La semaine de 4 jours était une mesure phare de la politique éducative des gouvernements Fillon. Elle était, avant et au cours de son application, jugée inadaptée aux rythmes de l’enfant par les spécialistes de l’Éducation.

C’est pourquoi en 2013, la gauche et son ministre de l’éducation, V. Peillon, décident la refonte des rythmes scolaires pour les enfants des écoles maternelles et élémentaires. La première étape en est la réforme du rythme hebdomadaire des écoliers ; l’école se fera à nouveau sur 4 jours et demi, dont au moins 5 matinées d’enseignement. La semaine intègrera des temps d’activités périscolaires.[i]

 Pourquoi ? Par rapport aux autres pays européens, le système éducatif français propose de très longues journées d’école réparties sur peu de jours dans l’année. Leurs résultats aux évaluations internationales (même si celles-ci sont en partie discutables) sont trop moyens. Par ailleurs le temps périscolaire est considéré comme essentiel pour l’éveil de tous les enfants. Or trop peu d’entre eux pratiquent des activités en dehors de l’école. L’idée d’ajouter une matinée de classe hebdomadaire et d’utiliser les 3 heures ainsi gagnées à des activités d’éveil en fin de journée, permettrait de rééquilibrer cette inégalité.
Lire la suite